Gouvernement du Comté du Maine (Jeu Les Royaumes Renaissants - Celsius Online)
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Candidature Nicolas de Firenze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nicolas de Firenze

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 0:57

En vérité comtesse, ce débat sera tranché assez simplement : si les grands électeurs sont une majorité à estimer qu'on ne peut être crédible sans avoir été régnant, je ne passerai pas le premier tour. Ils feront ensuite leur choix entre une apprentie régicide et un félon s'ils trouvent ces qualités plus rassurantes, la France s'en portera sûrement beaucoup mieux.

Madame m'a hélas volé ma conclusion sur ce sujet,
ajouta-t-il en inclinant la tête vers Marylune, mais la Reyne Béatrice a en effet été la seule des trois monarques élus à n'être jamais passée sur un trône provincial, et l'expérience a prouvé que son règne était très loin d'être le pire. Le Très-Haut sait que je n'ai jamais fait partie de ses admirateurs, mais j'ai assez de bon sens pour reconnaître mes erreurs passées. Tous les mandats de feu Vonafred à la tête du Périgord n'en ont hélas pas fait un bon Roy.

Évidemment, Nicolas n'avait pas espéré faire changer Karyaan d'avis puisque ce motif de disputes était récurent, mais il fallait bien qu'il fût abordé. Ils pouvaient maintenant passer à la suite.

En ce qui concerne l'abolition du copinage, je crois que vous plaidez ma cause sans vous en rendre compte. C'est justement parce que je n'ai pas un réseau clientéliste à travers toute la France que je serai forcé d'effectuer des nominations au mérite ! Pas de frères auxquels accorder des principautés comme des friandises, pas d'amant de ma femme à bombarder à la tête d'un office qu'il n'a jamais pratiqué, pas d'obligés à rétribuer pour leur soutien électoral... si il ne s'agit pas là d'une garantie efficace contre le copinage, je ne sais pas ce qu'il vous faut.

Par rapport au secrétariat d'État ensuite, manifestement cela fait un moment que vous n'avez pas voyagé. La situation mainoise est une exception, extrêmement réjouissante certes, mais sur laquelle il serait tout à fait hasardeux de fonder une réflexion à l'échelle du Royaume. Dans beaucoup de provinces, la charge de secrétaire d'État est soit vacante, soit occupée par un fantôme, soit perçue comme un relais d'espionnage parisien. Il y a un énorme travail à faire à ce niveau là, c'est un constat.

En ce qui concerne les troupes royales enfin, vous paraissez me reprocher l'inconséquence du souverain précédent. Est-ce de ma faute si les ordres royaux sont traités comme des laquais ? Si un fou furieux s'est trouvé propulsé imperator, ou tout autre titre latin pompeux dont j'ai oublié l'intitulé exact ? Soyons sérieux. Si le Très-Haut m'accorde la victoire je mettrai fin à ces scandales, et quand l'intervention des troupes royales sera nécessaire, elle sera dûment rémunérée et récompensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 5:24

Schtroumpf avait reçu une invitation personnelle du candidat à suivre les débats en tant que maire et grand électeur.
C'est pourquoi, il se glissa comme il pu dans la salle pleine à craquer...
En plus, n'étant pas de grande taille, il n'y voyait rien, mais ce n'était pas grave, il entendait bien depuis le recoin où il resta debout...
Revenir en haut Aller en bas
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 2620
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 8:39

Feue Nébisa a tenté de maintenir la France pendant une guerre qui a duré tout son règne.
Feue Vonafred, malgré tous les défauts que vous lui prêtez a signé la Paix.
Le règne de Feue Béatrice, quant à elle, a mené à cette guerre sans précédent. Je doute que se soit le meilleur exemple qui soit.

Pour ce qui est de répondre par les urnes, vous savez très bien comment ça fonctionne et l'argument que vous lancez n'est en rien une réponse.
Je vous repose ma question.
Qu'allez vous dire à un Feudataire qui réclame conseil de son Roy et dont le conseil ne suffira pas. Ce Feudataire finissant par perdre patience en vous claquant au visage que de toute manière vous ne savez rien, car vous n'avez pas vécu ce qu'il vit ?

En gros... comment allez vous vous poser en régnant, en homme de savoir, en homme de réponse, si vous n'avez aucune connaissance, ou quelques bribes ?


Lui parlant toujours très calmement, son tit bonhomme sur les cuisses, mâchonnant son cheval de bois.

Pour ce qui est de l'Office du Secrétariat d’État, sachez monsieur que j'en fais partie et ça, depuis plus d'un an à présent. Donc je connais ses difficultés.
Mais ce n'est pas en retirant les SE des provinces du DR que vous pourrez combler les places vacantes HDR.
Votre argumentation ici prouve par contre que vous n'êtes absolument pas au fait de ce qu'il s'y passe et surtout quels sont les buts premiers de ces SE.

Enfin, pour ce qui est des ORs, vous ne répondez toujours pas.
Vous dites, non pardon... vous assurez que quand les troupes royales seront appelées vous allez les rémunérer et les récompenser.
Dites moi comment... ?
Car là je suis curieuse.
Car rien que pour leur intervention en Bourgogne contre l'uni-couillu, le montant de l'intervention est élevée à plus de 22 000 écus. Et encore, en comptant très serré.
L'intervention à Toulouse, à plus de 45 000 écus.
Je continue ?

Qui va payer Monsieur ?
Les provinces du DR ?

Si Louis a fait appel à son frère, c'est que son frère, mis à part des titres pompeux, et de la nourriture pour ses hommes, il ne demande rien. Et la nourriture, c'est le PA qui l'a fourni, à grand coup de 1 000 pains et 1 000 maïs par mandat.
Hors, les ORs, ils s'en foutent des titres pompeux. Quand une armée composée d'ORs se déplacent, ça dur, ça doit manger, ça doit être réarmé.
Aucun Monarque ne les a jamais aidé.
J'ai demandé à Vonafred que leur soit versé des écus pour qu'ils puissent refaire leurs réserves. Pour qu'ils puissent être opérationnel en cas de conflit. Tout ce que la Couronne a pu proposé fut un peu moins de 6 000 écus pour TOUS les ORs réunis, à se partager. Et non, ce n'était pas de la mauvaise volonté de la part de Louis, mais bien une réalité, dont vous semblez fort lointain.

Si aujourd'hui ces ORs devaient être remboursé de tout ce qu'ils ont fait depuis, allez, deux ans environ, nul besoin d'aller trop loin dans le temps... les coffres royaux de votre possible futur début de règne, ne suffiraient pas.
Epargnez moi les promesses utopiques, vous ne parlez pas à quelqu'un qui ne sait pas justement. Vous ne parlez pas à quelqu'un qui n'est mue que par des "on-dit" et des préjugés.
Pour avoir côtoyée et travaillé avec ce monde durant trois mois, je peux vous dire exactement quelles sont les choses possibles ou non à réaliser. Et évitez de me sortir le... quand on veut, on peut. Si vous devenez Roy, vous verrez que les rouages sont bien plus compliqué à faire tourner que vous ne pouvez l'imaginer.

Se faisant servir un verre de vin, elle sourit, amusée.

Alors Monsieur, comment allez vous les faire bouger ces ORs ?
Eux à qui on a fait tant de promesses non tenus ?
Comment allez vous faire bouger les institutions lourdes et compliquées à mettre en branle ?
Par... copinage ?


Sirotant son verre, elle le regarde et attend réponse.

_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit." [Aristote]
Je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Firenze

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 10:41

La paix signée par feu le Roy est une farce, et la présenter comme un succès relève de la mauvaise foi. Cet homme a cosigné avec une archiduchesse d'Anjou un texte autorisant la Bretagne à jouer aux petits soldats sur le sol français, et vous trouvez encore le moyen de le défendre ? Votre loyauté confine à l'aveuglement, j'en ai peur.

Mais revenons-en aux régnants, puisque le sujet vous tient à cœur. Si je résume, vous évoquez le cas hypothétique d'un feudataire qui viendrait chercher conseil auprès de son souverain, pour affirmer ensuite audit souverain que ses conseils ne valent rien ? Pourquoi une telle personne ferait le déplacement ? Je n'imagine pas un régnant assez désœuvré pour faire le trajet jusqu'à Paris à seule fin d'offrir devant ses pairs le spectacle d'une crise d'adolescence tardive. Ceux qui voudront des conseils en auront, les autres gouverneront leur province dans leur coin si cela leur sied, voilà tout.


Nicolas ne put s'empêcher de sourire en imaginant un feudataire bouder deux mois dans sa province en ruminant au sujet d'un monarque pas assez expérimenté. Mais de la part de grandes personnes, ce devait tout de même être rare, du moins l'espérait-il.

Concernant le secrétariat d'État, je ne crois avoir affirmé nulle part que je comptais prendre des secrétaires d'État dans le Domaine royal pour les replanter ailleurs. Les places vacantes ne pourront être comblées que par une politique de recrutement volontaire, qui manque clairement à l'heure actuelle. Quant aux buts poursuivis par cette office royal... relisez une copie de mon programme, je parle justement de les faire évoluer, estimant qu'ils ne sont pas satisfaisants à l'heure actuelle.

Au sujet de la rémunération, permettez-moi d'évacuer immédiatement une partie du problème : si j'avais été sur le trône, il n'y aurait pas eu de campagne toulousaine aux frais de la princesse. La Couronne ne peut pas se charger gracieusement de remplacer les osts provinciaux, ou alors le coût cette mission doit être directement répercutée sur les impôts royaux. Dans le cas de la Bourgogne, la somme est importante, mais payable, d'autant plus que beaucoup de membres des ordres royaux, de soldats de l'ost et de volontaires civils renoncent à toute rémunération, même quand elle est proposée. Je suis bien placé pour le savoir, n'ayant réclamé ni solde ni nourriture au cours de cette mobilisation, comme tous les membres de ma troupe à ma connaissance. Très-Haut merci, il n'y a pas une fronde tous les quatre matins.

En revanche, il va de soi qu'un paiement rétroactif n'est pas envisageable, pour les raisons très pragmatiques que vous avez énoncées. Mais cela tombe bien, je n'ai jamais proposé une chose pareille.

Pour les promesses enfin, je vais vous faire une confidence...


Dans un chuchotement très exagéré, pour être entendu de tous, le borgne révéla comme un secret :

Quand on tient sa parole, il n'y a pas besoin de copinage pour compenser des mensonges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimaro

avatar

Nombre de messages : 490
Localisation : Mayenne - Maine
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 11:22

Haaaa ... Il avait manqué la première bataille ! Curieux de nature, il s'intéressait fortement aux élections royales. Quoi de plus logique, c'était de l'avenir de la France dont-on parlait quand même.

Ce candidat-ci, il avait eu l'occasion de le croiser au Mans justement, ce qui l'intriguait d'avantage. Tendant l'oreille, il salua le bleu, lui montrant un tabouret non loin en souriant, taquin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria

avatar

Nombre de messages : 2378
Date d'inscription : 10/09/2011

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 11:31

Vittoria regardait les personnes autour d'elle alors que l'échange Karyaan/Nicolas se poursuivait et à vrai dire cela ne l'étonnait pas véritablement que ce soit la seule qui posait les questions.

Les questions de l'une l'étonnaient tandis que les réponses de l'autre la satisfaisaient plutôt. Vittoria trouvait absurde de venir faire le reproche à un candidat aux élections royales, de prétendre aisément à régner sur un royaume alors qu'il n'a jamais été à la tête d'une province. Cela revenait un peu à reprocher à un régnant d'un comté ou d'un duché, de n'avoir jamais été maire, et d'ailleurs rien qu'en Maine, certains et certaines ne sont pas passés par cette étape pour devenir régnant, ce détail ne les empêchant en aucun cas de régner. Ainsi elle trouvait que cet argument de la comtesse ne tenait pas la route.

Vittoria gesticulait un peu sur son siège, le débat était passionnant : d'un côté on avait celle qui le catapultait de questions et sous ses airs de "je suis calme" rêvait certainement que le candidat Nicolas tombe dans un de ses pièges et de l'autre, ledit candidat qui répondait et répondait de manière concise sans fioriture aucune.
Une chose était sûre avec lui, au moins on ne risquait pas de se noyer sous un tas de mots inutiles.

Un long soupir s'échappa lorsque la liste des monarques défilait de la bouche de la comtesse. Autant parfois Vittoria pouvait être d'accord avec elle sur certains points autant parfois c'était le total opposé. Visiblement c'était le monde à l'envers. Sous prétexte que Beatrice n'avait jamais été régnante d'une province, son règne avait été des plus catastrophiques. Vittoria était persuadée du contraire. Plus les régnants défilaient plus le royaume s'enfonçait. Parce que ce qu'on voulait bien faire croire, c'était que Feue Béatrice a précipité la France dans la guerre mais ce qu'on oublie c'est qu'elle a éclaté sous Feue Nebisa. Que tous les maux qu'on déchargeait sur les épaules de l'ennemi avaient en vérité pour origine une Reyne qui a eu les yeux plus grand que le ventre et qui ne maitrisait plus l'ampleur de la guerre qui avait éclaté au grand jour et que Feu Vonafred avait eu du mal à y mettre fin...
Voilà où en était le royaume aujourd'hui : une sorte de pâté en croute, vidé de l'intérieur, épuisé d'un bout à l'autre, un assemblage de successions d'erreurs qui l'a pourri jusqu'à sa pulpe et cela ne pouvait qu'attrister Vittoria qui mettait à chaque fois un peu plus d'espoir sur le nouveau souverain qui portait la Couronne.
Elle espérait de tout coeur que ce royaume se relève, qu'il retrouve sa magnificence et sa richesse. Peut-être cela arrivera grâce à celui qui se trouvait en face d'elle, peut-être grâce à un autre. En tout cas, les pensées se faisaient de plus en plus claires dans sa tête et elle écoutait toujours attentivement.

Lorsque la mention du frère du Roy se fit, les mains de la Vicomtesse se crispèrent sur les accoudoirs : comment pouvait-on limite le faire passer pour un brave homme celui là ? Celui qui jadis avait massacré nombreuses personnes. Celui qui, assoiffé de pouvoir, de gloire et de reconnaissance, a écrasé tout ceux qui se trouvaient sur son passage.
Bien sûr qu'il n'aurait jamais rien demandé. Ce n'est pas un millier de miche de pain qui aurait fait sa renommée...

Mais loin de tout cet échange, Vittoria avait sa petite question qui trottait dans la tête. Ainsi elle attendrait encore un peu pour la poser préférant voir encore un peu l'échange se faire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 2620
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 12:21

Ne lisant pas dans les pensées la joueuse de la brune s'épargnera donc de la lecture.
Léger sourire de celle qu'on surnomme la Sorcière, Dieu qu'il était aisé d'emmener là où on veut emmener une personne si prévisible.


Donc, si je comprends bien Monsieur, vous considérez que la paix est fumisterie.
J'ose espéré que vous le clamerez haut et fort, afin que les provinces Ponantaises et que le Royaume de Bretagne vous entendent bien, afin de soupeser à raison quel Roy ils vont devoir bientôt combattre.
Car apparemment, vous semblez vouloir renier cette paix.
Soit, j'espère que vous aurez des suiveurs, car je doute que beaucoup de provinces vassales vous soutiennent dans une telle entreprise.

Pour le reste...

Avec des SI on peut mettre Paris en bouteille et la Bretagne en baratte de beurre. Evitez donc de dire que vous auriez fait si vous aviez été Roy. Vous ne connaissez absolument pas tous les tenant et aboutissant qui ont mené aux choix que Louis a pu faire. Et prétendre que vous n'auriez pas aidé Toulouse face à Thoros, je pense qu'en effet, la Comtesse va apprécier de savoir que celui qui souhaite le trône, aurait laissé cette province du Sud dans le désarroi le plus total, alors qu'ils ont réclamé aide de la Couronne.


Amusée, oui clairement amusée.

Pour finir, et je laisserais les autres poser leurs questions, vu que je ne suis pas seule et qu'ils ont tout autant le droit que moi d'avoir réponses à leurs interrogations...

Donc si je comprends bien, un paiement retroactif n'est pas envisageable. Et vous compter sur les bonnes âmes des soldats qui risquent leurs vies pour défendre ce que vous espérer arborer.
Vous avez fait la campagne de Bourgogne, sachez Monsieur que les ORs ont été mobilisés de Juin 1459 à avril 1460. Imaginez combien ces soldats ont perdu. Imaginez combien ces ORs ont du dépenser pour pouvoir les nourrir.
Vous comptez sur leurs bonnes âmes... c'est bien.
Pour un mois, deux mois peut-être de mobilisation. Mais quand on en arrive à presque un an... ?

Vous serez donc un Roy qui prendra les ORs et les soldats Royaux pour de la chair à hallebarde et des bons p'tits gars qui iront au front sans rien réclamer.
Amusant... au final oui, vous ressemblez à Beatrice et Vonafred.
Nébisa a eu au moins la décence de rembourser les provinces du DR qui nourrissaient les soldats. Certes, les coffres étaient vides à la fin de son règne, mais au moins, on savait où étaient les écus.
Pas dans la poche de son consort au moins.

J'ai eu réponse à mes questions, ou presque...
A présent, je me tais et laisse la parole aux autres.
Quoi qu'il en soit, pour un futur Roy... vous semblez fort... bancal.
J'ose espérer que je me trompe, le souci c'est que... je me trompe rarement sur les gens.


Levant son verre

Bon courage à vous et que le Très Haut veille sur la France.

_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit." [Aristote]
Je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria

avatar

Nombre de messages : 2378
Date d'inscription : 10/09/2011

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 12:51

[Va mettre de côté le gros mélangisme rp/hrp]

Tapotant de ses doigts sur l'accoudoir, la Comtesse avait terminé.
Observant le silence un instant, Vittoria sortit alors le programme du candidat en face d'elle et lut un passage sur lequel elle souhaitait qu'il l'éclaire :


Messire, vous dites dans votre programme ceci, je cite

"L'attribution des fiefs de retraite, quant à elle, est pour le moment systématique. D'où l'existence d'une frange de la noblesse n'envisageant la politique que comme un moyen d'accumuler les titres, et n'hésitant pas à sauter de province en province pour obtenir un fief dans chacune. Cette pratique nuit à l'image de toute la noblesse française. Une réflexion commune de la hérauderie et des assemblées nobiliaires provinciales sur un nouveau système pourrait permettre d'éviter cette dérive."

Vous n'ignorez certainement pas qu'ici comme ailleurs, la plupart des personnes actives des provinces sont des nobles et qu'effectivement certaines n'hésitent pas à enchaîner les mandats dans une même province ou bien même en faisant en sorte d'avoir un joli fief dans chacune d'elle. Alors oui bien évidemment certains font cela par passion ou amour de la province en question, ou bien par plaisir de s'investir dans la vie d'un comté ou duché. D'ailleurs on discerne très vite ceux qui ne sont là que pour récupérer la couronne au bout de deux mois et ceux qui ont une véritable envie de se donner pour une province.

Qu'entendez-vous en disant "L'attribution des fiefs de retraite, quant à elle, est pour le moment systématique" ? Cela sous entendrait-il qu'au terme des deux mois, l'attribution d'un fief de retraite ne serait plus systématique ?
De même que, pour ceux qui vont de province en province pour avoir des titres seront-ils soumis à une limite ? Par exemple une personne qui a été régnante d'une province , qui emménage dans une autre et qui devient de nouveau régnant de cette seconde province, pourrait se voir refuser l'attribution d'un second fief de retraite ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 2620
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 12:53

[Navrée, juste lourd le pamphlet via pensée c'est tout. ^^
Car impossible d'y répondre, juste à subir quoi. Bref... on va éviter le débat.]

_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit." [Aristote]
Je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
athena44

avatar

Nombre de messages : 2906
Age : 34
Localisation : laval
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Jeu 1 Nov - 12:59

Écoutant la Comtesse parler, athena était d'accord avec ces propos. Mais au moins il avait le mérite d'essayer pas comme d'autres qui ne voulait des titres.

C'est donc après cette coupure de question que la blonde intervint à son tour.

Bonjour Sire, Je me présente Athena de Lavallière, Vicomtesse de Montdoubleau.

Je vous expose ma situation, je suis d'origine mainoise et mes terres sont en Maine également. Et depuis quelques temps maintenant mon époux Shaun et moi même sommes partis vivre en Béarn dans le sud.

Mais voilà nous avons constater la bas que finalement le Roy n'avait pas grand intérêt pour les provinces du sud. A si seul l'intervention de Toulouse où il a fait appel à son frère mais bon je passerais sur le sujet de la colère des habitants.

Le sud rencontre depuis un moment maintenant un problème concernant la religion. En effet, le sud est devenu le terrain de jeu des réformés. Nous avons eu les élections du Béarn il y a une semaine une liste "normale" et une liste de réformés qui ont obtenu tous de même 48%. Il n'ont pas eu le trône suite à une trahison de leur des membres, mais leur projet reste de dénoncer le concordat et si ils peuvent évoluer vers une indépendance du comté.

J'en viens au fait que si vous êtes élus Roy, que ferez vous du Sud ? Faire comme les autres avant vous l'ignorez ? Que ferez vous pour empêcher les réformés ? Et encore je parle pour le Béarn, mais la Guyenne, l'Armagnac, la Gascogne... dont la situation n'est guère mieux.

Je vous le nierais pas mais les gens du Sud en on marre de se faire ignorer par le Roy ou Reyne, qu'il ne se déplace jamais et qu'ils en sont à être dégouté d'aller voter pour les élections royales sachant pertinemment que pendant 6 mois on ne se souciera pas d'eux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Firenze

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Sam 3 Nov - 15:45

Le raccourci était tellement grossier que Nicolas ne put retenir un sourire en répondant à Karyaan.

Comtesse, je crains que votre attention n'ait vacillé un instant, car vous extrapolez complètement sur mes propos. Ce n'est pas la paix, la fumisterie, c'est le traité de l'Aventin. La paix, nous l'avions depuis plus de huit mois avec la trêve, ce sont deux choses tout à fait distinctes. Si j'étais belliciste, au contraire, j'encadrerais précieusement le texte sur lequel feu le Roy a hélas apposé son scel : c'est la garantie d'une reprise du conflit à court ou moyen terme. Connaissant certains négociateurs du Ponant, je ne suis même pas loin de penser qu'il a justement été négocié pour ne pas durer, car les conflits armés sont les meilleurs alliés des agitateurs indépendantistes. Si vous voulez accuser des candidats de replonger le Royaume dans la guerre, il faudra donc vous adresser à tous ceux qui ne remettent pas l'Aventin en cause, mais pas à moi.

Concernant Toulouse, voyez-vous, on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Nombreuses sont les provinces à réclamer, à juste titre à mon avis, une certaine autonomie dans la conduite de leurs affaires. Fort bien. Mais peut-on repousser la Couronne au prétexte qu'on la sent étouffante pour revenir chercher son aide à la première difficulté ? Les feudataires sont responsables de la sécurité sur le sol des provinces vassales. S'ils ne sont pas capables d'assumer cette mission, je ne vois aucune objection à ce que des compagnies d'ordonnance royales la prennent en charge... moyennant impôt. Sauf si vous préférez que le Domaine royal continue à y aller de sa poche pour financer la chasse aux brigands dans le sud du Royaume, évidemment.

Au sujet des soldes, à nouveau, vous commettez un contresens regrettable. Si je ne vous savais pas de bonne foi, je penserais que vous déformez sciemment mes propos, de façon assez peu subtile au demeurant. Ces pratiques que vous décrivez et qui ont été le lot des ordres royaux au cours des règnes précédents, je les dénonce et je m'engage à ne pas les reproduire en cas de victoire. Pourquoi alors persister à me les reprocher ?

Comme vous dites, que le Très-Haut veille sur la France, et puisse-t-il m'offrir l'occasion de vous démontrer dans les faits toute l'étendue de votre erreur de jugement.


Enfin, d'autres interlocuteurs montaient au créneau, et le borgne put varier un peu les plaisirs.

Vicomtesse Vittoria, en matière héraldique je ne puis que proposer des axes de réflexion, car c'est un art délicat que je ne maîtrise pas. Je me borne seulement à un constat, que vous partagez manifestement, et évoque des pistes qui pourraient permettre d'améliorer la situation. À l'heure actuelle, la hérauderie est forcée par ses propres textes d'utiliser des prétextes vaseux pour refuser des fiefs de retraite aux régnants qui n'en méritent pas. Pourquoi ne pas, par exemple, soumettre l'attribution à un vote de l'assemblée nobiliaire locale ? J'entends bien que cela pourrait déclencher des querelles politiques n'ayant plus grand chose à voir avec le mérite, et c'est pour cela que je parle seulement d'axes de réflexion. Il faudra creuser le sujet avec les principaux intéresses pour parvenir à une solution qui satisferait toutes les parties.

Puis au tour de la jeune femme blonde :

Vicomtesse Athena, les problèmes posés par l'implication politique de réformés dans le sud du Royaume sont effectivement parvenus à mes oreilles. Il est certain que la Couronne ne peut rester sans agir. La France est un pays aristotélicien romain, et si Christos nous a enseignés la tolérance, il ne saurait être question de davantage. Les autres confessions peuvent vivre en paix sur notre sol tant qu'elles ne se livrent pas au prosélytisme. Si certains agitateurs abusent de cette tolérance pour semer le désordre, il faudra sévir. J'essaie toutefois de rester optimiste, car je sais que certains clercs romains sont en bons termes avec leurs homologues réformés. La minorité nuisible ne doit pas jeter l'opprobre sur une communauté entière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 2620
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Dim 4 Nov - 16:10

Croire que nous avons la paix depuis plus de huit mois c'est clairement ne rien savoir ni comprendre des institutions royales. Car la paix ne se limitent pas à l'absence de combats.

Concernant Toulouse, vous appuyez donc ce que je dis. Vous n'auriez pas aidé le Comté.
Sauf que cela fait parti du serment du Monarque. Protection, Justice, Subsistance.
Si un vassal de la Couronne réclame protection du Roy, le Roy se doit de l'aider. Et vous pourrez trouver toutes les raisons possibles et imaginables pour ne pas le faire, si vous êtes Roy et que vous refusez d'aider une province, vous dérogerez à votre serment.

Concernant les ORs, vous vous engagez beaucoup, mais comme pour le reste des sujets, vous ne savez rien. Je vous reproche des promesses intenables, démagogiques et que personne ne peut croire s'il est un tant soit peu au fait de comment fonctionnent les choses.

Se taisant, elle en avait fini, sirotant son verre, elle écouta la réponse donné à Vittoria

_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit." [Aristote]
Je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Firenze

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Mar 6 Nov - 9:35

Aider le comté ? Si. Remplacer son ost ? Assurément pas. À ce train là, les provinces vassales auraient aussi vite fait de cesser d'entretenir des troupes et de faire appel à la Couronne à la moindre incursion de brigands, ce système ne pourrait pas marcher.

Mais je crois que votre position est assez claire, vous préférez un candidat qui ne déviera pas de la ligne du précédent monarque, puisque s'en écarter revient manifestement à manquer de réalisme, d'expérience ou de compétence. Heureusement pour vous, le prince de Pontoise se présente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 2620
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Mar 6 Nov - 11:45

A vos yeux je ne suis que la suivante de Louis.
On dit souvent qu'au royaume des aveugles, les borgnes sont roy, vous êtes un bel exemple.
Il vous est plus simple de me considérer ainsi plutôt que d'accepter que vous puissiez prendre un mauvais chemin.
Je ne dis pas que le mien est le meilleur, cependant, niveau bagage, je pense que ma carriole est bien plus complète que la votre. Aussi au lieu de vous buter à croire que vous puissiez avoir la science infuse et que tout ce que vous pensez n'est que vérité absolue, vous devriez peut-être imaginer que vous puissiez vous leurrer.

Toulouse a demander de l'aide à la Couronne. Le Roy n'avait pas le choix s'il voulait respecter son serment. Vous considérez qu'il a eu tort ?
Soit, cependant, vous verrez, si le Très Haut vous accorde l'honneur de porter la couronne royale, que non, vous ne pourrez pas toujours faire ce que vous voulez.

Ma position est et a toujours été claire.
Je sers la France, je sers la Couronne, je ne sers pas celui ou celle qui la porte, contrairement à ce que vous pouvez croire. Je ne sers pas mes ambitions, sinon, je serais déjà perclus de titres. Je n'ai rien à vous prouver par la parole, c'est par mes actes que j'agis. Je laisse les inutiles s'échiner à s'expliquer du pourquoi du comment des choses, perdant leur temps en belles paroles pompeuses et démago pour faire croire aux plus crédules qu'ils sont les sauveurs du monde.

Oui, Nicolas, je l'affirme ici et sans enrobage absurde, je préfère un candidat qui a de l'expérience. Parce que la France va mal et que la France n'a pas besoin d'un parvenu, d'une marionnette qui se fera tirer les fils par ceux qui n'ont pas assez de cran et de courage pour se présenter eux-même aux Royales.
Parce que des décisions vont devoir être prise concernant la Touraine, concernant l'Anjou, concernant les dettes, la levée de ban, concernant tout ce que vous croyez savoir mais que vous n'imaginez pas une seconde devoir gérer. Car non Nicolas, en toute sincérité, je ne vous imagine pas en Roy.
Et si le Très Haut décide que vous soyez élu, alors j'espère en toute franchise que je me serais outrageusement trompée à votre égard, et je serais la première à m'excuser en publique.
Mais pour cela, vous devrez me prouver que vous pouvez faire mieux que Louis, que Nébisa, Béatrice et Levan III.
Bon courage à vous.


_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit." [Aristote]
Je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Firenze

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Mar 6 Nov - 22:24

Vous me rassurez. J'ai cru un instant que vos attentes étaient disproportionnées, mais vous souhaitez simplement un monarque qui fera mieux que ceux qui ont régné pendant les dix dernières années !

Cela dit, je vais vous faire une confidence : si je n'y arrive pas, je serai le premier déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 2620
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Mar 6 Nov - 22:38

Ce que je veux c'est un Monarque, pas une marionnette.
Ce que je veux c'est quelqu'un qui a des épaules pour supporter ce qu'il va devoir endurer et ne pas plier car c'est lourd, abominablement lourd.
Ce que je veux c'est qu'on cesse ces promesses débiles, dignes d'un programme municipale ou comtale.
Ce que je veux c'est du réalisme et que vous, prétendants au trône, tous autant que vous êtes, car vous n'êtes pas le seul que je désigne, rassurez vous.
Que vous, vous vous rendiez bien compte de la responsabilité énorme que vous devrez assumer chaque jour, 24h/24, sept jours sur sept et ça, jusqu'à la fin de votre vie.
Que chaque décision que vous prendrez entraineront d'incommensurables conséquences que vous devrez assumer jusqu'au plus petit détail.

Je demande du vrai, et pour le moment, tout ce que je vois de vous, ce ne sont que critiques des anciens régnants, clamant qu'à leur place vous auriez fait autrement. Vous n'étiez pas à leur place, vous ne pouvez pas savoir. Et c'est s'enrubanner dans une prétention spongieuse que de croire que vous puissiez faire mieux que ceux qui vous ont précédé.

Faites déjà aussi bien. Et ne me dites pas que ça sera facile. Car quand vous y serez, alors vous comprendrez à quel point cette fin de vie qu'ils ont mené, je ne la souhaite même pas à mon pire ennemi.

Me concernant, Nicolas, la seule chose qui m'importe c'est la France.
Si vous la servez avec déférence, respect et honneur.
Si vous ne l'entrainez pas dans un gouffre sans nom.
Alors oui, je reviendrais sur mon jugement à votre égard, mais en attendant, vous devrez me prouver que vous la servez cette France, et pas uniquement pour faire mieux que ceux que vous exécrez, pas uniquement pour vous venger de ce qu'ils ont fait ou pas fait.
Mais pour Elle, la France.
Pour Lui, ce Royaume.

Agissez en Monarque, alors je vous servirais avec autant de fidélité que j'ai servit ceux qui reposent en paix à présent.

_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit." [Aristote]
Je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Firenze

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Mer 7 Nov - 18:34

Dont acte !

Y a-t-il d'autres questions ? J'ai l'impression de ne pas avoir beaucoup entendu le conseil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Firenze

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   Lun 19 Nov - 20:14

[Quelques semaines plus tard]

Noires ailes, noires nouvelles... un corbeau en provenance de Paris apporta ces quelques mots du candidat vaincu.

Citation :
    À tous ceux qui la présente liront ou se feront lire,
    Et plus particulièrement à ceux qui m'ont accordé leurs suffrages,

    Merci de m'avoir fait confiance, et navré de ne pouvoir porter vos voix au second tour. Sachez que mon score, honorable à défaut d'être suffisant, me touche plus que je ne saurais l'exprimer. Il prouve qu'il y a des gens dans ce pays qui n'ont pas sombré dans le fatalisme et l'acceptation passive de toutes les dérives. Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre : d'autres occasions se présenteront, il faudra les saisir avec une motivation renouvelée.

    Les grands électeurs vont maintenant devoir choisir entre la peste et le choléra, aussi me refusé-je à donner une consigne de vote. La meilleure chose que vous puissiez faire est de prier pour le Royaume, qui va en avoir besoin quelle que soit l'identité du vainqueur. Avec un peu de chance, le Très-Haut sera assez miséricordieux pour improviser une chute de cheval ou un accident de chasse et mettre ainsi un terme au règne désastreux qui s'annonce.

    Tâchez toutefois de vous souvenir que la Couronne a survécu à tous ses porteurs. Les actions d'un homme, tout monarque soit-il, ne justifient pas qu'on se détourne d'un idéal. Continuez à servir le Royaume en dépit de ceux qui cherchent à le détruire, de l'intérieur ou de l'extérieur, et ayez foi en des temps meilleurs.

    Que le Très-Haut vous garde tous,

    Nicolas de Firenze
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Candidature Nicolas de Firenze   

Revenir en haut Aller en bas
 
Candidature Nicolas de Firenze
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Élections royales] Missive de Nicolas de Firenze
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
» Yann décide de se ranger(Florian et Nicolas)
» Plizyè Depite Chanm bas la se gason makomè selon depite Nicolas Descotes
» pour Nicolas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Palais des Comtes du Maine :: Le coeur de la ville :: La salle des réceptions-
Sauter vers: